(Français) IIIème Forum International DevReporter: évaluation, remises de Prix et réflexions pour un meilleur journalisme


Sorry, this entry is only available in French, Italian, Catalan and European Spanish. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in this site default language. You may click one of the links to switch the site language to another available language.

Ces deux journées consacrées à l’information et la communication pour un meilleur journalisme sur la solidarité internationale et les pays du « Sud » ont été très intenses. Les 4 et 5 février dernier, s’est tenu à Barcelone le IIIème Forum International DevReporter, la dernière activité du projet européen de Lafede.cat, COP et RESACOOP. Au total, environ 150 personnes originaires de Catalogne, du Piémont et de Rhône-Alpes ont participé aux différentes activités organisées : activités d’évaluation interne et activités ouvertes au public.

Le Forum, événement marquant la clôture du projet, avait pour objectif principal de permettre l’évaluation collective de trois ans de projet : points forts, points faibles et défis pour l’avenir. Plusieurs chargés de communication au sein d’ONG et journalistes, participant au projet, ont observé certaines difficultés dans la consolidation des relations interrégionales, à cause du manque d’espace, de la communication multilingue et des différences entre les réalités locales. De plus, la majorité des groupes de travail ont manqué de tisser des relations avec les journalistes des pays du Sud et de les impliquer dans le projet. D’un autre côté, et c’est un point positif, on a constaté une amélioration de la connaissance mutuelle entre les chargés de communication et les journalistes, fait qui a eu des répercussions autant sur la communication des organisations que sur l’information des médias. De la même façon, on a fortement valorisé la mise en pratique des réflexions et du travail en équipe au moyen des reportages DevReporter, ainsi que l’approbation d’un code pour l’information sur la solidarité internationale et les pays du Sud : le vademecum.

Théorie et pratique : vademecum et les reportages DevReporter

Plusieurs journalistes et organisations lauréats ont participé à la table ronde pour raconter leur expérience des bourses. Lia Curcio de l’ONG LVIA, lauréat du projet Oro azul (Or bleu), a mis en valeur le fait que le travail en équipe leur avait permis de communiquer plus facilement de manière journalistique le travail effectué au Kenya. En Rhône-Alpes, le journaliste Mathieu Martinières de We Report, qui a réalisé le projet Roms, entre exclusion et intégration, a mis en évidence la facilité d’accéder à des sources grâce à l’organisation Forum réfugiés-Cosi, mais il a avoué avoir rencontré certaines difficultés pour distinguer les différences entre la communication en tant que telle de l’ONG et l’information journalistique. Le journaliste catalan Pere Rusiñol de Alternativas Económicas, boursier avec l’ONG Observatori DESC pour le reportage La bataille mondiale pour le droit au logement, a souligné le fait que les bourses ont permis à un média alternatif disposant de peu de ressources de voyager au Brésil et aux États-Unis.

Le Forum disposait aussi d’un espace permettant d’exposer les défis de la communication du point de vue des ONG. Yolanda Polo, coordinatrice espagnole de ONGD – CONGDE et Soledad Briones de la CONCORD se sont accordés à souligner le besoin d’établir des passerelles entre les acteurs et entre l’espace local et international. C’est dans cette direction que travaillent les deux plateformes, ainsi que le projet DevReporter Network.

38

Les critères d’attribution des bourses se basaient à ce moment-là sur un ensemble de recommandations sur lesquelles ont travaillé les journalistes et les chargés de communication et, qui ont été inscrites dans le vademecum. Ce code commun a été très fortement valorisé lors du Forum. De plus, plusieurs participants se sont demandés comment il serait possible de le mettre en place et de le maintenir à long terme. Quatre journalistes représentants de la profession : Marc Vidal, vice doyen du Collège des journalistes de Catalogne ; Stefano Tallia, Secrétaire général de Stampa Subalpina ; Ricardo Gutiérrez, Secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes et Thierry Borde, fondateur du réseau Médias Citoyens ont participé à la table-ronde sur le vademecum.

Tous les participants ont témoigné leur satisfaction face au document et se sont engagés à le diffuser au sein de leur réseau de journalistes. Marc Vidal et Thierry Borde se sont accordés à souligner l’importance de mettre en avant un journalisme de solutions. La crise du journalisme a survolé la table et, Ricardo Guitérrez, tout comme Stegano Tallia ont rappelé que, ce contexte, nécessite de créer de nouvelles alliances pour comprendre le monde, comme les ONG. Selon Guitérrez, le vademecum réunit un ensemble de principes déontologiques qui suivent la même direction que le propre code de la Fédération européenne des journalistes.

Gagnants des bourses

Bien que l’appel à propositions aient financés 18 reportages, six de chaque région, on compte finalement trois finalistes et un gagnant par vote du public. Pendant la cérémonie de remise des bourses, le premier Prix a été remis au reportage de Rhône-Alpes : Roms, entre l’exclusion et l’intégration et le second ex aequo Guinendali, la voie guinhéenne vers le développement, qui a aussi reçu le prix du public par vote en ligne et le reportage catalan Le Congo après la fièvre du coltan. Voyage dans la zone zéro du monde digital.

Grup_2

Tandem journalistique : Adzuba et Terribas

Après la remise des prix, la journaliste congolaise Caddy Adzuba et la catalane Mònica Terribas ont discuté sur la manière d’améliorer la compréhension du monde à travers le journalisme. Elles ont mis en avant la nécessité de diffuser de l’information internationale sans contourner la complexité et en abordant les causes et le contexte. Mais ce n’est pas chose facile : il y a des obstacles. Selon Terribas, il y a la pression des audiences et surtout, la tradition journalistique de « mettre l’information dans des cases » sans regarder le monde dans sa globalité : « nous isolons l’information internationale, elle se retrouve en concurrence avec d’autres sections et ensuite, c’est le critère de proximité qui domine ». Caddy Adzuba a insisté, tout comme Terribas, sur le besoin d’espaces et de temps pour effectuer un bon travail journalistique, mais également sur l’importance de se rendre sur le terrain. Elle a également mis en avant les médias comme Cuarto Poder, qui doivent contribuer à la paix. Depuis l’initiative radiophonique Radio Okapi, ils ont développé ce qu’ils appellent le journalisme sensible aux conflits. En tant que journalistes, ils essayent d’aller au-delà de l’atrocité ; d’expliquer les raisons et de faire un journalisme de suivi. Mais, selon Adzuba, la tendance porte sur un manque d’équilibre dans les couvertures « Nord-Sud » qui amènent parfois à se demander si « nos vies ont ou non la même valeur » que celles des occidentaux.

55

Vidéos streaming de la cérémonie de remise de prix DevReporter et de la discussion entre Caddy Adzuba et Mònica Terribas :

Vídeo de l’acte públic del Fòrum Internacional DevReporter

Vous trouverez ici les photos du Forum DevReporter

Actualités sur le Blog Catalogne

Actualités sur le Blog du Piemont

Actualités sur le blog de Rhône-Alpes

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *